HYPNOSE et PHYSIONUTIRION NANTES – Patrick Kelly – 3, rue de la Biscuiterie 44 000 NANTES

Envoyer un message

Appeler le cabinet

Heures d'ouverture

lun-ven : 08h – 20h
sam-dim : 09h – 17h

Je suis foutu! Je ne peux plus lire ni écrire! – Je suis un autre! – Un autre qui regarde celui d’avant, – Sans intérêt d’ailleurs. Soleil de nuit (1977) – Jacques Prévert

La dissociation permet durant la transe d’être à la fois « ici et ailleurs ». Cette impression intervient à différents niveaux :
Dissociation Conscient – Inconscient (on peut aussi direCerveau Gauche et Cerveau Droit),
Dissociation Emotionnelle : les événements ayant occasionnés une émotion forte sont revus et réentendus mais séparés de la perception kinesthésique associée.
Dissociation Physique : une partie du corps est isolée et peut être l’objet de suggestions hypnotiques (analgésie, hyperesthésie etc…).

Dissociation conscient-inconscient
Mes lectures récentes sur les « deux cerveaux » qui nous constituent, le gauche et le droit, actifs simultanément et complémentaires, communiquant ensemble par peu de connexions (par l’intermédiaire du corps dit « calleux ») en comparaison des milliards de connexions internes propres à chacun des hémisphères ont renforcé ma conviction, née de l’expérience, que quelque chose de particulier se passe, physiquement, lors de l’état de transe. Certains scientifiques parlent d’inhibition des faisceaux de neurones dans le lobe pariétal supérieur permettant ainsi à un ensemble de fonctions plutôt liées au cerveau droit de s’exprimer plus librement. Métaphoriquement, et afin d’appuyer la pratique à l’aide du langage on nomme la partie libérée pendant la transe « l’Inconscient », et la partie observatrice « inhibée », le « conscient ». L’impression d’être spectateur de ce qui se passe en nous et sans contrôle est caractéristique de cet état.

Dissociation émotionnelle
Les termes Associés et Dissociés sont utilisés dans les différentes techniques PNL pratiquées en hypnose. On peut par exemple « être confortablement assis en train de regarder la scène auditive et visuelle » d’un événement passé projeté sur un écran de cinéma et en même temps aller se promener en un autre lieu jusqu’à la fin du film. Cette dissociation émotionnelle permet un détachement des sensations corporelles liées aux événements. Elle permet de séparer les événements – traumatisants ou posant problème – du vécu kinesthésique associé. Cette dissociation est très utile lors de la reviviscence d’événements traumatiques et je l’ai employée à plusieurs reprises (en utilisant la Remodélisation Hypnotique d’Histoire de Vie, dans le cas d’une femme qui avait été victime d’attouchements sexuels par un membre de sa famille, lors de son adolescence).

Dissociation physique
La première fois que j’ai expérimenté avec surprise ce qu’était la dissociation ce fut lors de ma découverte de l’hypnose classique. Il était suggéré que mon bras gauche était gelé et ne ressentait plus aucune sensation. J’étais dans un état de « lâcher-prise » agréable et de consciemment j’observais ce qui arrivait sans aucune émotion ou esprit critique. Des picotements envahissaient peu à peu mon avant-bras et gagnaient ma main entière, progressivement gelée ; comme recouverte d’un manchon de givre. Ce bras là était d’une certaine façon toujours mon propre bras mais il apparaissait aussi comme différent, comme une entité autonome ayant sa vie propre à ce moment là, « le bras ». J’ai été surpris de constater qu’en état d’hypnose le conscient pouvait rester en position d’observateur tranquille et que toutes ses fonctions analytiques, interprétatives, étaient comme inhibées. La dissociation « physique » est très utile pour créer des phénomènes de conviction. Ce qui se passe est très caractéristique de la transe et ne peut être mis sur le compte du sommeil ou du rêve. C’est un véritable signe que quelque chose de « différent » est en train de se passer.

%d blogueurs aiment cette page :